Slow feeding – alimentation lente

Avez-vous déjà entendu parler de Slow Feeding ?

Alors c’est quoi? De quoi parle-t-on et pourquoi voulons-nous utiliser cette méthode pour nourrir nos animaux?

Ce mode de distribution du foin –littéralement nourrir lentement ou alimentation lente– repose sur un principe vraiment simple : soit un filet, soit un système de grille que vous placeriez sur votre foin.

Le filet ou la grille comporte des trous assez petits, généralement des carrés de 4cm par 4cm. Il existe de nombreux styles et tailles différents pour répondre à toutes sortes de besoins alimentaires, que vous donniez de grosses balles ou des bottes de foin, ou des tranches de bottes.

L’alimentation lente est certainement la meilleure solution pour nourrir les animaux de pâturage, gardés en captivité. Comment ça marche? Eh bien, cela ne permet que de petites quantités de foin d’être retirées pendant l’alimentation, ce qui ralentit la consommation et permet à la digestion de fonctionner comme elle est prévue. Une alimentation lente imite au mieux l’action de pâturage pour le système digestif.

Les bénéfices sont énormes, notamment la santé et le bien-être de tous les animaux de pâturage, mais surtout l’alimentation des équidés. Les solutions permettant une alimentation lente offrent de nombreux avantages.

Les chevaux sont des herbivores au pâturage. Ils paissent presque continuellement lorsqu’ils sont laissés dans les pâturages. L’équidé a un très petit estomac (capacité de 8 à 15 litres seulement) qui est idéalement conçu pour les petits repas réguliers, car la nourriture passe très rapidement dans l’estomac.

Les chevaux ne salivent que lorsqu’ils mâchent et mangent et, dans des circonstances normales, ils produisent jusqu’à 30 litres de salive par jour. La salive est une solution tampon pour limiter l’acidité. La salive neutralise l’acide gastrique dans l’estomac et lubrifie les aliments. Le cheval produit constamment de l’acide gastrique – même lorsqu’il ne mange pas! C’est la plus grande préoccupation, et là où nous commençons à voir les problèmes de santé apparaître; lorsque l’acide produit par l’estomac n’est plus inhibé par la salive. Si le cheval ne mastique pas pour produire de la salive, vous commencerez à voir les résultats de cette accumulation d’acide dans un estomac vide, et c’est le début de problèmes comme des ulcères, des tics, des symptômes de coliques et d’autres problèmes de comportement.

Nourrir avec des filets à foin ? Que des avantages !

Pour votre compagnon équin !

  • Ralentit la digestion et la consommation de foin
  • Réduction de l’inhalation d’allergènes
  • Imite l’action de brouter
  • Aide à stabiliser le taux d’insuline (régulateur du sucre)
  • Aide à la prévention d’ulcères et de coliques
  • Peut aider les chevaux qui tic à l’appui
  • Aide à la régulation du poids
  • Toujours du foin disponible

Mais aussi pour vous !

  • Pas de gaspillage de foin au sol
  • Des chevaux toujours prêts au travail ou pour une balade
  • Gain de temps pour le nourrissage
  • Pas besoin de courir à la maison pour nourrir les chevaux

Où trouver des filets à foin ?

Après plusieurs mois de recherche et de tests au sein de notre écurie, nous avons décidé de choisir les filets NAGBAG pour nos chevaux et nos pensionnaires.

Notre boutique –L’Eden du Cheval– l’unique distributeur en France de ces filets de haute qualité : Filet à foin NAGBAG

Comment sont fabriqués les filets ?

Les filets à foin NAG BAG sont tissés à partir d’un mélange de polyester et de nylon pour plus de résistance. Nos filets sont spécialement conçus pour nourrir les animaux. Le filet NAG est très solide mais doux pour le museau de votre cheval, aucun nœud ne risque de provoquer des abrasions ou des des écorchures.

Les filets NAG sont tricotés et teints avec un colorant vert qui est l’un des plus sûrs –les filets teints en rouge peuvent déteindre dans la peau et les filets blancs qui prétendent être naturels ne le sont pas, car ils ne seraient pas blancs, mais couleur crème. Après coloration, les filets NAG sont lavés dans un bain d’eau extrêmement chaude, puis passés dans un séchoir chaud qui fixe le colorant.

Le sac NAG est un produit 100% canadien, protégé contre les UV et conforme à nos normes canadiennes strictes, pour la santé et le bien-être des humains et des chevaux.

Les filets NAG ont un design simple pour toutes les fermetures sur les sacs. Une simple corde triple tressée de haute qualité est utilisée pour nos fermetures, pas de cordes en boucle avec lesquelles les chevaux peuvent s’emmêler! Et tous nos filets sont livrés avec une ficelle de réparation assortie – comme on trouve un bouton de rechange sur un bon vêtement. Notre filet sans nœuds sera facile à réparer si nécessaire.

La sécurité est notre principale préoccupation avec nos filets et tout notre équipement – car nous sommes des cavaliers passionnés, formés à la production agricole, à l’industrie des soins de santé naturels équins. Et nous nous soucions de vos chevaux et de vos animaux, comme nous le faisons pour les nôtres.

Philosophie de travail du cheval

Notre philosophie de travail s’étend au-delà des conceptions humaines concernant le style d’équitation et encore plus au delà du matériel utilisé. Autrement dit, peu importe la race du cheval, le type de selle utilisée, le type de bride, de mors ou son absence. L’élément le plus important est la relation qui est créée entre l’humain et l’animal.
Le cheval doit associer l’humain à son « leader ». Dans un troupeau de chevaux dans la nature, le cheval leader, ou le cheval qui conduit pourrait-on également traduire, est le cheval qui décide où va le troupeau, quand il se déplace et dans quel but. Ce rôle de leader est différent du rôle de dominant, ce n’est pas le même cheval qui va avoir les deux rôles. Dans notre relation avec un cheval, l’idée n’est donc pas d’être dans un rapport de « dominant-dominé », mais de « guide-suivant ». On entend également fréquemment parler de « leadership » en opposition à une relation de dominance.
Au cours des époques et au cours de la domestication du cheval, ce dernier a souvent été dominé par l’humain. Cette relation de dominance a pu parfois fonctionner avec certaines méthodes d’entraînement, mais avec comme corolaire l’apparition de peurs et d’autres comportements qui sont à l’opposé de ce qui est recherché dans notre philosophie.

La première étape pour être identifié par le cheval comme étant celui à suivre (leader), c’est la construction d’une relation de confiance avec lui. De quelle manière créer une relation de confiance avec un cheval ? Avant tout en ayant confiance dans les actions que nous entreprenons pour nous-mêmes, pour notre cheval et avec lui. Aller au-delà des erreurs que nous faisons tous pour les transformer en variations souhaitées. Par exemple, lorsque nous faisons une erreur avec notre cheval, utiliser cette erreur pour rebondir sur un nouvel exercice. En ne doutant plus de nos capacités, en ne restant pas bloqué sur nos erreurs, nous pouvons évoluer et apprendre à nous faire confiance. Il ne s’agit pas d’avoir toujours raison, mais de savoir rebondir et improviser. Les chevaux sont au-delà des conceptions très humaines du juste et du faux, pourquoi donc s’y attarder au lieu de créer son propre chemin ? Chemin que suivra notre cheval sans hésitation. Le travail n’est pas d’apprendre au cheval à avoir confiance en nous, mais d’avoir confiance en nous-mêmes. La confiance du cheval viendra alors toute seule et naturellement.
La deuxième étape est la cohérence. Dans notre vie quotidienne, avec les divers stress auxquels nous sommes en permanence soumis, nous avons tendance à nous éparpiller. Nous effectuons certaines actions sans nous souvenir de la raison pour laquelle nous les avions commencées, nous enchaînons et mélangeons plusieurs actions en mêmes temps, en ne les achevant pas toutes. En résumé, nous ne sommes peu cohérents. C’est cependant en regagnant en cohérence que nous deviendrons celui que notre cheval voudra suivre. Ce principe de cohérence sera à garder tout le temps à l’esprit et permettra donc d’adapter les demandes que nous avons pour un cheval à son âge, à sa compréhension, à son entraînement, etc. En étant cohérent dans nos actions, notre cheval ne se perdra pas et nous continuerons dans le développement de la relation que nous recherchons avec lui.


De nombreux autres éléments seront importants dans la création de la relation avec le cheval, mais ils découlent principalement des principes de la confiance et de la cohérence. Ainsi par exemple, le cheval aura besoin de se sentir en sécurité pour avoir envie de suivre l’humain, mais une personne qui a confiance dans les actions qu’elle entreprend créera un sentiment de sécurité autour d’elle. De même, qu’une personne qui se fait confiance et qui est cohérente dans ses actions paraîtra plus déterminée qu’une autre, la détermination étant un autre principe clé pour être identifié comme celui à suivre.
Une fois la relation créée, il sera important d’y travailler constamment et ce à tout moment et durant toute la vie du cheval, il ne s’agit pas d’y travailler une fois et de considérer cela comme acquis.
D’autres éléments sur lesquels nous travaillons pour nous mêmes et pour les chevaux sont les notions d’équilibre, que ce soit au niveau psychique et physique, tant pour le cheval que pour le cavalier. Pour l’humain il peut s’agir de pratiquer le yoga ou d’autres disciplines et méditations qui permettent un ancrage et un recentrage de soi-même. Pour le cheval, il convient de lui offrir une vie qui correspond le mieux à ses besoins fondamentaux, ces derniers se retrouvent au sein de nos Equi-Pistes. En ce qui concerne le physique, l’entraînement du cheval est indissociable de celui de son cavalier. En effet, comment serait-il possible de demander à son cheval d’être équilibré si le cavalier ne l’est pas ? Un cheval qui trébuche n’est souvent que la conséquence d’un cheval pas équilibré et d’un cavalier dont l’assiette dérange son cheval.

En lisant ces quelques lignes vous avez l’impression que cela est très compliqué et que vous n’y arriverez jamais avec votre cheval ? Rassurez-vous cela est normal, il s’agit surtout d’éléments dont il faut avoir conscience lorsque nous travaillons avec un cheval. Ce sont des principes à garder à l’esprit pour savoir vers quoi tendre, vers quelle direction, quel est le but dans notre travail, pour nous-mêmes et pour les chevaux. C’est de cette manière que nous allons faire un premier pas en direction d’un gain de confiance et de cohérence.
Ensuite, vient le style d’équitation… selon l’inspiration et les préférences individuelles. Nous avons choisi de nous tourner vers le dressage western par intérêt particulièrement pour des disciplines comme le horsemanship, le trail ou le pleasure, mais également vers l’équitation d’extérieur. Le travail au sol, comme base de toute équitation et formation du cheval et du cavalier et cela à tout moment. La monte sans mors, oui bien sûr, mais comme finalité, lorsque le cheval et le cavalier peuvent travailler en équilibre. C’est également le point de départ de formation du cheval grâce au sidepull.

Vous pouvez consulter cet autre article sur le sidepull pour en savoir plus

Acupression

Qu'est-ce que l'acupression ?

L’acupression (ou acupressure) est une technique qui consiste à appliquer sur la surface de la peau une pression avec les doigts pour stimuler une réponse de soin. Elle permet d’améliorer la santé et le comportement d’un animal.

Cette méthode est basée sur les théories de la médecine chinoise et sur celle des 5 éléments. Cette théorie soutient que chaque animal est un mélange de 5 éléments (bois, feu, terre, métal et eau).

Un de ces éléments est dominant. Cet élément est intimement lié à la personnalité, au fonctionnement et à la prédisposition à certains soucis de santé d’un animal. L’élément dominant peut avoir tendance à s’épuiser, les autres éléments étant plus faibles, il y a un déséquilibre. Il est alors possible d’offrir un soutien à l’animal par cette méthode. Des situations particulières de la vie du cheval (déménagement, concours, mauvaise alimentation, etc) peuvent avoir une influence sur l’équilibre des 5 éléments et perturber la circulation de l’énergie dans le corps.

Pour en savoir plus sur la médecine traditionelle chinoise et les 5 éléments, je vous conseille ce livre (en anglais).

La méthode consiste à appuyer sur des points précis à la surface de la peau. Il est possible d’avoir une influence avec les méridiens (voies de circulation de l’énergie dans le corps).

Une séance d’acupression permet donc d’améliorer cette circulation d’énergie. Cela permet également d’éviter des blocages qui pourraient faire apparaître des maladies ou d’autres difficultés. La séance comprend également une part de travail énergétique et de massage shiatsu.

Les bienfaits d'une séance

  • Améliorer le bien-être, la vitalité
  • Renforcer l’immunité
  • Soutenir le système digestif (coliques, diarrhées, constipation, etc)
  • Améliorer la mobilité, la souplesse
  • Aider en cas de problèmes de peau, d’allergies, de verrues et sarcoïdes
  • Aider en cas de difficultés respiratoires (toux, allergies, asthme, etc.)
  • Aider en cas de chaleurs douloureuses, ou irrégulières
  • Aider le vieillissement, mais également la croissance
  • Offrir un soutient en cas de comportements difficiles (forte dominance, excitation, difficultés de concentration, etc.)
  • Soulager en cas de boiterie, de douleurs au dos, etc.
  • Et encore de nombreux autres…

Quand effectuer une séance ?

Une séance d’acupression est particulièrement recommandée dans les situations qui pourraient poser un souci à votre animal ou dans votre relation avec lui. Cette méthode peut également apporter un soutien dans la préparation d’événements particulier (concours, déménagement, etc).

Une séance d’acupression peut également être l’occasion d’offrir un moment de bien-être à votre compagnon, il n’est pas nécessaire d’attendre un problème de santé ou un événement particulier.

N’hésitez pas à venir découvrir mes services.

ATTENTION , une séance d’acupression ne remplace pas un vétérinaire. En cas d’urgence vitale pour l’animal, le vétérinaire doit être appelé en premier.

L’acupression utilise une approche holistique (voir le tout) du cheval, ainsi le travail en collaboration avec le vétérinaire et les autres professionnels de la santé (ostéopathe, etc.) est tout à fait souhaitable.