Cet article fait parti d’une suite d’articles qui commence par celui-ci : L’hébergement des chevaux, que de questions

Avant de s’attaquer à comment, où et combien. Nous allons commencer le tour de ces questions par « pourquoi ». C’est peut-être la question la moins évidente, et celle que l’on se pose le moins souvent… Mais il est bon de se rappeler, de temps en temps, pourquoi est-ce qu’on héberge des chevaux. Que ça soit en tant que simple propriétaire d’équidés, gérant de structure ou dans un rôle situé quelque part entre ces deux statuts.

Que ce soit par passion pour ce noble animal, par conviction, par intérêt économique (un revenu professionnel, un revenu accessoire, héberger son cheval à domicile pour ne pas payer une pension), par praticité, par obligation, ou pour une autre chose, les raisons qui nous poussent à héberger des chevaux peuvent être complexes, variées et souvent interconnectées. Nous n’allons pas entrer dans le détail de ces différentes raisons, chacune pouvant être justifiée à un moment donné. Toutefois, je vous invite à vous demander régulièrement si les raisons qui vous ont poussé à héberger des chevaux sont toujours en phase avec votre situation actuelle, vos envies et vos besoins. Et si ce n’est pas le cas, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour y remédier ?

Au Ottus Ranch, l’hébergement des chevaux fait partie de la mission que nous avons souhaité donné à ce lieu : « héberger chevaux et humains pour des séjours instructifs ou récréatifs ». L’hébergement de chevaux fait donc partie des fondamentaux pour notre structure, mais dans quel but ? En tout premier, nous hébergeons nos propres chevaux. Ces derniers ont eu un rôle important dans le choix de notre professionnalisation dans ce secteur d’activité. De là est apparu clairement que notre motivation principale sera de proposer à nos chevaux un cadre de vie qui encourage l’expression de leurs comportements innés dans un système visant à répondre à leurs besoins physiologiques. Une fois ce choix entériné, deux nouvelles motivations sont devenues des évidences pour nous :

  • faire partager la joie de la vie en troupeau à nos chevaux
  • permettre à d’autres chumains (mot valise faisant référence au couple cheval – humain) de bénéficier de la formule d’hébergement que nous proposons, au coeur de la nature, respectueux des besoins des chevaux et des cavaliers.

L’hébergement de chevaux est une activité encadrée par des règles juridiques, mais également des règles pas forcément obligatoires, mais éthiques, comme les notions de bien-être animalier. Tandis que la France compte des règles sur la détention des animaux dans le Code Rural, ainsi que quelques règles spécifiques aux équidés dans le Code des Sports. Celui-ci ne s’appliquant qu’aux centres équestres.

D’autres nombreux pays ont établis des règles, souvent juridiquement contraignantes, concernant la détention des animaux, et plus particulièrement les équidés. L’IFCE récapitule ces informations dans une fiche.

http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/reglementation/detenteurs-et-proprietaires/reglementation-relative-a-la-protection-et-au-respect-de-lanimal.html

On peut citer, par exemple, le Droit Suisse qui consacre une loi entière à la protection des animaux qui promeut quelques principes, par exemple l’article 6 de la-dite loi contraint «Toute personne qui détient des animaux ou en assume la garde doit, d’une manière appropriée, les nourrir, en prendre soin, leur garantir l’activité et la liberté de mouvement nécessaires à leur bien-être et, s’il le faut, leur fournir un gîte. » Ainsi qu’une ordonnance d’application qui interdit notamment l’utilisation de barbelé pour les chevaux (article 63) ou l’interdiction de détenir des équidés à l’attache (article 59), donc pas de stalle. On voit ici que la législation impose des directives claires en matière de bien-être aux gestionnaires d’hébergements d’animaux, il est existe également de nombreux textes juridiquement non contraignants. Le plus connu est probablement les 5 règles instaurées édictées en 1992 par l’Animal Welfare Council :

  1. Ne pas souffrir de la faim ou de la soif – accès à de l’eau fraîche et à une nourriture adéquate assurant la bonne santé et la vigueur des animaux.
  2. Ne pas souffrir d’inconfort – environnement approprié comportant des abris et une aire de repos confortable.
  3. Ne pas souffrir de douleurs, de blessures ou de maladies – prévention ou diagnostic rapide et traitement.
  4. Pouvoir exprimer les comportements naturels propres à l’espèce – espace suffisant, environnement approprié aux besoins des animaux, et contact avec d’autres congénères.
  5. Ne pas éprouver de peur ou de détresse – conditions d’élevage et pratiques n’induisant pas de souffrances psychologiques.

En France, nous trouvons notamment la Fédération Nationale du Cheval (FNC) qui a édicté une charte qui a été signée par les représentants de professionnels de la filière équine française.

www.fnc.fnsea.fr/toutes-les-thematiques/bien-etre-equin/charte-bee/articles/charte-signee/

On peut également citer l’association Equi-Pistes qui réunit particuliers et professionnels autour de valeurs communes concernant le respect des besoins fondamentaux du cheval dans son hébergement. Cette association a édité une charte à laquelle ses membres adhèrent.

www.equi-pistes.fr

Le charte comporte 3 volets chacun consacré à un thème formant le triangle relationnel (cheval – humain – environnement) de l’hébergement des équidés. La partie consacrée aux chevaux est retranscrite ci-dessous, je vous invite à aller lire l’ensemble de la charte sur le site de l’association.

Connaître et respecter le cheval :

  • Permettre au cheval de vivre en extérieur avec des congénères et l’encourager à se déplacer
  • Veiller à son confort et à sa sécurité
  • Apporter une alimentation en cohérence avec sa physiologie pour renforcer sa santé naturellement
  • Apporter les soins réguliers nécessaires (entretien des pieds, des dents, etc.)

Après avoir lu ces quelques lignes, on se dit que l’on est conforté dans notre choix de mettre en place un hébergement de chevaux qui tient compte de tous ces critères de bien-être afin que notre compagnon poilu, et ses copains, y soient bien. On a déjà les grandes lignes de ce qu’on doit faire, respectivement de ce qu’on doit éviter. C’est pas mal, par contre il reste beaucoup de questions (de comment) à éliminer avant de se lancer dans ce travail, chronophage, il ne faut pas se le cacher.

Pour faciliter la découverte de ces réponses, je vous invite à nous intéresser à un élément récurrent entre ces deux différentes chartes : l’équidé. Après avoir traité le « pourquoi », intéressons-nous au « pour qui » ? Cette seconde question nous fournira des éléments qui seront essentiels pour ajuster nos idées humaines au mode de vie des chevaux quand nous aborderons le « comment ». Cela nous permettra d’éviter de penser humain lorsqu’il s’agira de penser cheval concernant des questions d’aménagement de l’espace de vie des chevaux.

Répondons donc à cette question simple, en apparence en tout cas, dans le prochain article :L’hébergement des chevaux : pour qui ?

One thought on “L’hébergement des chevaux : pourquoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.