Cet article fait parti d’une suite d’articles qui commence par celui-ci : L’hébergement des chevaux, que de questions

Dans cet article, je donne une réponse à cette question simple, en apparence en tout cas :

Au fait, cheval, qui es-tu ?

Le cheval serait, à la lumière des dernières recherches, le lointain descendant de hyracotherium. Anciennement connu sous le nom d’eohippus, ce petit mammifère, de la taille d’un renard vivait en zone forestière il y a environ 60 à 45 millions d’années. Il se nourrissait de jeunes pousses d’arbres, marchait sur des coussinets (comme les chiens) et 4 doigts.

C’est un chemin long de près de 50 millions d’années qui conduit vers equus (environ 4 millions d’année), l’ancêtre direct de l’équidé moderne. Tout au long de ce parcours, cela signifie qu’environ 10 millions de générations de lointains parents à notre compagnon préféré se sont succédé. Cela signifie qu’il y a eu un nombre gigantesque d’essais-erreurs qui ont permis à l’espèce de s’adapter aux changements liés à l’environnement et de sélectionner les individus les plus adaptés. Equus ferrus, le cheval sauvage à l’aube de sa domestication, vivait dans les steppe d’Asie, avec une nourriture variée, mais pauvre. Il avait donc de grandes distances à parcourir quotidiennement pour trouver la nourriture nécessaire à sa survie et à sa reproduction.

Pour l’anecdote, les derniers travaux consultés indiquent qu’eohippus et ses descendants étaient présents à de nombreux endroits sur le globe, mais que c’est très probablement la branche qui s’est retrouvée sur le continent américain qui a engendré le cheval moderne. Pourtant quand les Européens ont accosté sur le continent au 15ème siècle, les chevaux n’étaient plus présent. L’hypothèse la plus vraisemblable est que sous la pression des prédateurs, dont le tigre à dents de sabre (rappelez-vous de l’Âge de Glace), de changements climatiques, d’événements sismiques, et peut-être de l’homme, le cheval a disparu du continent américain il y a environ 16’500 ans. La branche américaine aurait donc gagné les steppes asiatiques par le Détroit de Béring, qui permettait lors de la dernière glaciation un passage aisé entre les continents américain et eurasien. C’est par ce même passage que les hommes sont arrivés sur le continent américain il y a environ 16’000 ans.

La fin de l’histoire du cheval sauvage coïncide avec la début de celle du cheval domestique. N’oublions pas quelques outsiders que l’on peut nommer des chevaux naturels (des chevaux domestiques qui sont retournés à l’état sauvage, comme par exemple les mustangs qui ont trouvé un environnement dans les étendues étasuniennes, quelques dizaines de milliers après que les chevaux aient disparus du continent américain) ou des chevaux ferraux dans l’est de l’Europe ou dans les steppes asiatiques. Cette distinction entre cheval sauvage et cheval domestique peut sembler importante, car tandis que le cheval sauvage est issu de l’adaptation de l’espèce à un environnement, le cheval domestique a été influencé par des choix humains sur la base de critères qui n’étaient peut-être pas ceux qui auraient été retenus par la nature en guise d’adaptabilité à l’environnement.

Prenons un peu de recul, et comparons les manipulations humaines en regard de l’histoire d’Equus. Le cheval naturel, pour les plus anciennes souches, elles ont pu profité d’environ 450 ans de retour à la nature, soit entre 100 et 120 générations, ce qui est négligeable en regard des 10 millions de générations mentionnées précédemment. Le constat est le même pour le cheval domestique, bien que l’on observe régulièrement des chevaux dont le métabolisme est en conflit avec leur environnement de vie (quand on pense Cushing, Syndrome Métabolique Equin, etc.). Toutefois l’histoire du cheval domestique est constituée d’environ 1.100 générations de chevaux qui se sont succédé depuis les débuts de la domestication, environ 3.500 ans avant notre ère. En regard des millions de générations citées précédemment, c’est une pièce de 2 euros posée sur la tranche au pied de la Tour Eiffel.

http://www2.cnrs.fr/presse/communiqe/1549.htm

Cette petite parenthèse généalogique nous permet de comprendre que bien que les chevaux aient pu être influencés par les choix des éleveurs, l’influence humaine sur la génétique du cheval est relativement restreinte en regard de l’influence de son environnement durant des dizaines de milliers d’années.

Mais, me direz-vous, qu’en est-il des chevaux dont le métabolisme est en conflit avec leur environnement ? Le problème n’est pas à chercher du côté de la génétique du cheval qui n’est pas adapté à l’environnement, mais de l’environnement qui n’est plus adapté à la génétique du cheval. On peut raisonnablement penser que ce sont les changements apportés depuis la seconde partie du 20e siècle (utilisation massive d’intrants pétro-chimiques, monoculture, disparition des haies, diminution des espaces, déplacements massifs et aisés des animaux grâce aux transports modernes, etc.) qui ont contribué à l’émergence d’inadéquation plutôt que la modification brutale de la génétique du cheval.

Intéressons nous donc en quelques lignes à la physiologie du cheval pour mieux comprendre son fonctionnement, ses besoins. Ces observations vont nous apporter des réponses pour l’aménagement d’un lieu d’hébergement adapté.

Le présence des deux yeux sur les côtés de sa tête indiquent que le cheval vient d’un environnement ouvert où il doit pouvoir surveiller sur un large champ, donc potentiellement exposé à des prédateurs. C’est un animal de proie. Un animal qui restera craintif et, pour la plupart des individus, répondra à une attaque ressentie par la fuite. Il faut donc que son système d’hébergement lui permette d’exprimer ce comportement.

L’estomac du cheval est de petite contenance (en regard de sa taille) sa digestion est principalement bactérienne (pour la digestion de fibres provenant d’herbe, foin, écorces, bois) et très accessoirement enzymatique (pour lui permettre de digérer ainsi une faible quantité de glucides non structuraux (fructane ou amidon) ou de sucres simples issus de fruits. Il ne s’agit pas d’un ruminant, il ne possède qu’un seul estomac.

En regard de la vie de nomade dans les steppes, tout cela semble logique : les steppes sont des endroits disposant de peu de cachettes pour un animal de proie comme le cheval : lorsqu’il s’agit d’échapper à un prédateur le cheval doit donc être léger et rapide pour courir vite, un estomac chargé ne le permettrait pas ! De ce fait le cheval doit manger très régulièrement (entre 14 et 16 heures par jour selon la majorité des études menées) afin de satisfaire ses besoins énergétiques.

Sa physiologie digestive a également été influencée par la nourriture qu’il avait à sa disposition dans son environnement : principalement des herbes pauvres, des herbes sèches en hiver, de la mousse, des lichens, de l’écorce, des branches, etc. Des grains issus de céréales, oui, mais quelques semaines par année, idem pour les fruits. Tout cela est une nourriture d’exception pour le cheval. D’autant plus que dans l’environnement sauvage, il n’avait pas de vergers, ni de champ de blé, il s’agissait d’un épi par ci et par là, idem pour les arbres fruitiers, au milieu d’une diversité de végétaux. Nous l’avions soulevé quelques lignes plus haut, l’humain avec l’essor de l’agriculture a modifié l’environnement du cheval en mettant à sa disposition de nombreuses ressources alimentaires auxquelles il n’avait historiquement accès que très occasionnellement. Il est donc logique que le système digestif équin ne soit pas conçu pour traiter de grandes doses de sucre. En regard de l’efficience d’un organisme vivant dans un environnement hostile, disposer d’un organe qui n’est utilisé que quelques semaines par année est encombrant.

De ce fait, le cheval doit disposer d’une nourriture à volonté (petit estomac), mais diversifiée et surtout riche en fibres plutôt qu’en sucre (plus de digestion bactérienne qu’enzymatique). Son biote (flore intestinale) est conçu pour décomposer et transformer en éléments assimilables des fibres qui proviennent de tiges de graminées, d’écorce ou encore de bois (fibro-ligneuse). Pour l’hébergeur cela implique, d’éviter l’herbe sucrée du printemps et de l’automne, mais également de fournir une nourriture variée et de lui proposer des fourrages variés comme des arbres fourragers.

http://www.equi-pistes.fr/arbres-fourragers

Nous en parlions avant, le cheval est un animal nomade, ses ressources sont dispersées, il est soumis continuellement à un stress de la part de son environnement. Dans un environnement humanisé, en l’absence de prédateurs et de contraintes, il est tout de même nécessaire pour lui de se déplacer continuellement dans un environnement avec des stimulations pour garder ses sens en éveil. La phrase « le cheval se déplace pour manger et mange pour se déplace », énoncée par le Dr. Eric Ancelet, résume à merveille le fonctionnement du cheval. La bonne compréhension de cette phrase est une clef pour la construction d’un système d’hébergement à même de répondre aux besoins des équidés.

En résumé, le cheval est un végétivore (qui mange des végétaux et pas uniquement de l’herbe), qui a besoin de

  • – stimulation physique (mouvement) avec la liberté de fuir
  • – contacts sociaux
  • – stimulation cognitive
  • – s’alimenter conformément à sa nature de végétivore

Pour nous, au Ottus Ranch, comprendre qui est le cheval et d’où il vient, c’est lui garantir un hébergement adapté à ses besoins fondamentaux. La liste énoncée ci-dessus constitue notre ligne directrice pour l’aménagement de l’environnement des équidés. L’hébergement de chevaux : où, quand, comment ? ce sont les questions que nous aborderons dans le prochain article où nous parlerons de l’hébergement des chevaux au Ottus Ranch.

2 thoughts on “L’hébergement des chevaux : pour qui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.