Capture du 2018-07-01 21-58-03

Pour en savoir plus sur le Ottus Ranch

Le Ottus Ranch est un lieu d’hébergement au cœur et en harmonie avec la nature pour des chevaux et des humains. Nous proposons ainsi des service de pension et de travail des chevaux, ainsi que des locations de gîtes en rondins de bois. Nous accueillons également de nombreux stages sur des thématiques autour des chevaux
Pour venir en séjour chez nous, il n’est pas nécessaire de venir avec son cheval et encore moins de savoir monter à cheval. Tous les amoureux de la nature qui souhaitent profiter du cadre privilégié offert par le Ottus Ranch sont les bienvenus.
Nos missions sont:
  • d’offrir au cheval domestique un style de vie qui se rapproche au plus près de la vie du cheval “sauvage” et donc de ses besoins.
  • de soutenir les amoureux des chevaux à mieux comprendre les besoins de l’espèce et de travailler en harmonie avec ce fabuleux animal.
  • d’offrir à tous les amoureux de la nature, petits et grands, la possibilité de vivre une expérience inédite dans une fuste en rondins de bois et de découvrir la faune et la flore environnante.
Le ranch se situe à Thouron, dans le département de la Haute-Vienne (87), il s’étend sur 32 hectares et se trouve à moins de 30 minutes du centre ville de Limoges. A mi-chemin entre Paris et Toulouse, il ne vous faudra que 3 heures pour rejoindre le ranch, Bordeaux se trouve à 2h30.
Le Ottus Ranch s’engage:
  • à considérer les chevaux d’un point de vue holistique, c’est à dire que nous prenons en compte toutes les facettes du bien-être (physique, mental et émotionnel) dans nos soins au quotidien et dans la relation avec les chevaux.
  • à promouvoir des choix sains et naturels pour les chevaux, que ce soit pour l’environnement dans lequel ils vivent, dans l’alimentation ou dans les soins.
  • à soutenir les propriétaires de chevaux à faire des choix éclairés et à adopter une posture de partenaire avec leur cheval.
  • à proposer des formations permettant de travailler les chevaux selon la philosphie du “natural horsemanhip” et de mieux comprendre les soins selon une approche holistique. Dans le but de renforcer ou de donner les compétences nécessaires aux propriétaires de chevaux.
  • à faire connaître la nature environnante et à respecter la biodiversité.
IMG_8484
IMG_8486
IMG_8487
IMG_8488
IMG_8491

Cerf : séjour à l’Ouest

Bienvenue dans le cerf pour un séjour à l’ouest

Dès votre entrée, le ton est donné avec le tapis « navajo » installé sur la paroi derrière le canapé.

Depuis le canapé, vue la nature limousine avec une petite touche « cowboy » avec ce chapeau accroché sur les rondins de votre cabane.

Dans la salle à manger, un tableau de Monument Valley inspirera vos repas. Les sets de table violets et fuschias apportent une ambiance complètement à l’ouest à votre séjour.

Au dessus du lit, un attrape-rêve vous permettra de retrouver la sérénité après une journée bien chargée.

IMG_9891
IMG_9892
hibou_salon
loutre_coin_manger
loutre_cuisine
loutre_douche_2
loutre_ustensiles_cuisine
loutre_chambre_1
loutre_chambre_2
IMG_9921
25348268_2054922171385845_5042262126374519260_n

Coup d’oeil sur les gîtes

Un séjour au Ottus Ranch, c’est l’occasion de découvrir nos gîtes en rondins de bois couverts d’un toit végétal !

Qui n’a jamais rêvé de venir dormir au coeur de la nature dans un gîte respectueux de l’environnement ?
Un peu comme par magie, les gîtes sont sortis de terre tout doucement comme s’ils avaient toujours été là.


Depuis le parking, après avoir emprunté une passerelle en bois, vous vous retrouverez sur la terrasse du gîte.


La terrasse offre une superbe vue dégagée sur les alentours : la magnifique et verdoyante campagne limousine et les chevaux. En contrebas du gîte, vous apercevez l’étang dans lequel les chevaux viennent boire.

Entrons dans le gîte, vous arrivez dans la pièce à vivre. A votre droite, le salon ; à votre gauche, la cuisine et la salle à manger.

Un canapé-lit futon, une table basse et deux fauteuils vous attendent au salon pour passer des moments conviviaux avec votre famille ou vos amis. Si vous ne souhaitez pas vous couper totalement du monde extérieur, une télévision est fixée dans les rondins de bois qui composent le mur.

Passons à la cuisine, équipée pour vous permettre de passer un séjour reposant et gustativement intéressant. Un réfrigérateur, un four micro-onde combi, deux plaques électriques, et des ustensiles de cuisine, vous permettront de préparer vos repas. Une bouilloire et une machine à café vous offriront la possibilité de vous préparer des boissons chaudes à tout moment de la journée. Il y a même un lave-vaiselle pour vous permettre de digérer paisiblement.

La table en bois, dans la salle à manger, n’attend plus que vous ! Le vaisselier situé à côté contient suffisamment de couverts pour partager un bon repas avec vos proches.

Passons du côté de la salle de bain, où vous trouverez une douche multi-jet qui vous permettra de vous détendre après une journée en plein air, des toilette, un lavabo et un chauffe-serviettes.

Depuis la pièce à vivre, on accède aux deux chambres qui vous offrent l’opportunité de vous reposer dans la quiétude qui règne dans ce lieu magique. La chambre principale vous propose un lit double ; une armoire s’y trouve également.

Tandis que la seconde chambre propose deux lits superposés, ainsi qu’une commode.

N’oublions pas, le gîte est équipé de radiateurs éléctriques pour vous permettre de profiter d’un séjour cocooning en toutes saisons.

Vous voulez en savoir plus sur la construction des gîtes ?

Découvrez en plus dans cet autre article : (article en cours de rédaction)

B182337_HA_1
Green_rope_halter_01
B181530
B182337_HA_1
IMG_8300
wikimediahackamore-56a4dcaf5f9b58b7d0d991f7

Le sidepull, le licol et la monte sans mors

J’entends souvent dire « je veux monter mon cheval avec un sidepull, car je ne veux pas le monter avec un mors ».

Dans cet article je vais faire un tour d’horizon des différentes ennasures (par analogie avec l’embouchure qui a une action sur la bouche, l’ennasure a une action sur le nez) et de celles que j’utilise et dans quelles circonstances.

Dans ma philosophie de travail, la finalité est de monter un cheval en cordelette (uniquement avec une corde autour de l’encolure). Pour y parvenir, j’utilise différents types d’ennasures à des moments clés en fonction de l’évolution du cheval : de son entraînement mental, de sa coordination et de sa musculature.

Une remarque cependant à ce propos, je parle de monter un cheval en cordelette dans un endroit clôturé, car pour des raisons de sécurité vis-à-vis des autres personnes, animaux, véhicules, objets ou autre, je ne m’aventurerai pas en extérieur uniquement avec une cordelette. Ceci, même si je fais pleinement confiance à mon cheval, il y a trop d’événements imprévus qui pourraient avoir de graves conséquences.

J’utilise le sidepull au moment du débourrage du cheval pour que les demandes soient les plus précises possibles dans son apprentissage des directions. Le travail avec un sidepull est similaire à celui que l’on peut effectuer avec un mors de filet, à savoir principalement des rênes d’ouverture. Il s’agit donc de l’outil idéal pour préparer un jeune cheval. Cet outil ne demande pas un niveau de technicité très élevé (pour le cheval et le cavalier) et s’adapte à de nombreuses situations. Il peut donc être utilisé au débourrage ou au début du travail si des dents de loups gênent le jeune cheval, mais il sera également possible d’y revenir plus tard dans le travail du cheval.

(source kramer.fr)

En fait c’est quoi un sidepull ? Beaucoup de brides sans mors sont appelé comme tel, mais ce ne sont pas des sidepulls. Voici un exemple de ce que j’appelle des ennasures de type sidepull.

(source kramer.fr)

Il existe des modèles qui comportent une muserolle en corde, en rawhide (cuir cru non tanné) ou en cuir. On entend parfois dire que certains sont plus « méchants » que d’autres pour le cheval, mais tout est une question de main lors de son utilisation. Une traction forte sur une muserolle en cuir sera bien plus désagréable qu’une main douce sur une muserolle en corde. Une muserolle en corde ou en rawhide agira plus précisément que le cuir sur le nez du cheval, elle sera donc à privilégier pour un cheval ayant un niveau de dressage plus avancé. Il ne faut, en effet, pas oublier que la muserolle du sidepull repose sur une partie très innervée du nez du cheval et un contact trop fort pourrait être très désagréable pour lui. Je dirai que le choix de la muserolle est en fonction de la préférence de chaque cheval en fonction de sa sensibilité.

(source kramer.fr)

Ce qui caractérise le sidepull est cette partie en Y inversé sur le côté, ainsi que la fixation des rênes sur les côtés au niveau des joues du cheval. Cette partie en Y inversé permet de stabiliser le sidepull lors des demandes.

 (source wikipedia.org)

Ce licol –appelé parfois « licol éthologique », mais je lui préfère l’appellation licol en corde, ou licol à noeuds– n’est pas un sidepull. Quand bien même, il existerait des modèles avec des anneaux sur les côtés pour y accrocher des rênes, cela ne transforme pas un licol à noeuds en sidepull. Ce type de licol a été popularisé récemment dans la culture équestre, et reste, malheureusement à mon avis, victime d’un effet de mode. Bien qu’il est possible d’avoir un cheval équilibré lorsqu’il est monté avec ce type de licol, il est malheureusement très rare qu’il soit utilisé correctement et à bon escient.

Un cheval qui porte sa tête vers le bas n’est pas pour autant équilibré ; par cheval équilibré, j’entends un cheval qui ne porte pas la grande majorité de son poids sur ses épaules, qui engage ses postérieurs et qui remonte son dos en contractant ses muscles abdominaux. Lorsque je travaille un jeune cheval, je vais en premier lui apprendre à descendre son encolure pour faire fonctionner la connexion entre son ligament nuchal et son ligament supra-épineux. Ces deux ligaments jouent un rôle très important dans le maintien postural et éviteront des problèmes dorsaux ultérieurs. Dans la suite du travail avec le cheval, je lui demanderai une attitude qui impliquera un travail plus important de sa musculature. L’encolure vers le bas est une première étape qui ouvre la voie vers une utilisation plus complète de ses muscles, notamment les muscles fessiers et abdominaux, dans le respect de sa physiologie.

Ce type de licol permet de faire des demandes très précises au cheval, toutefois j’observe souvent des cavaliers qui exercent une forte pression sur le licol pour avoir une réaction de la part du cheval. Parfois, j’observe également ce type de licol utilisé avec « mouton » sur la muserolle afin d’éviter que la corde blesse le cheval ou -pire encore- car celui-ci ne supporte le contact des noeuds sur son nez. Ces situations sont aberrantes. Si une forte traction doit être exercée sur les rênes, par exemple au point que l’attache du licol entre en contact avec la poitrine du cheval –vous êtes-vous déjà filmé lors d’une séance de travail pour observer l’utilisation de vos mains ? je le fais régulièrement et c’est très enrichissant– c’est que le cheval ne comprend pas ce qui lui a été demandé. Soit le cheval n’est pas encore prêt à recevoir ce type d’ordre, soit il n’apprécie pas les contacts sur les parois de son nez, fortement innervée je le rappelle, soit sa musculature ne lui permet pas de répondre à la demande du cavalier ou encore l’assiette du cavalier déséquilibre le cheval. Dans tous les cas, ce licol n’est pas (encore) adapté au couple cavalier/cheval. Il conviendrait de choisir un autre type d’ennasure ou d’embouchure plus adaptée dans la situation actuelle.

Personnellement, je n’utilise pas ce licol en corde pour le travail en selle, mais je l’utilise pour le travail à pied. Pour le travail en selle, je lui préfère le bosal.

Le bosal est un outil qui demande une main fine et beaucoup de précision dans les demandes. Le mieux pour apprendre à l’utiliser correctement est de se tourner vers un professionnel spécialisé dans ce type d’ennasure. Techniquement, ce qui est appelé bosal est uniquement la partie en rawhide (cuir cru non tanné). Lorsqu’il est assemblé avec son support (hanger) et sa mécate (rênes typiques du bosal qui se nouent de manière à former des rênes et une corde), il est appelé hackamore (à ne pas confondre avec le hackamore mécanique). Personnellement, j’utilise le bosal pour avancer dans le travail de dressage avec le cheval, c’est à dire une fois que le cheval a été débourré au sidepull et qu’il a commencé à apprendre le travail de base avec un mors de filet. J’alterne ensuite des séances avec le bosal et des séances avec un mors. J’apprécie également l’utilisation du bosal lorsque je me rends en extérieur avec un cheval. Le travail latéral étant difficile à obtenir sur un jeune cheval avec un bosal, il est nécessaire d’utiliser également le sidepull ou le mors de filet. On entend parfois dire que le bosal est une ennasure dangereuse qui peut blesser le cheval, oui c’est le cas, mais ce n’est pas pire qu’une autre ennasure ou embouchure utilisée par un cavalier ne comprenant pas son fonctionnement et n’ayant pas l’expérience nécessaire à sa bonne utilisation.

Le hackamore mécanique qui, je le rappelle, est différent du hackamore constitué du bosal + hanger + mecate. Je n’utilise pas de hackamore mécnanique dans mon travail avec les chevaux, je n’en parlerai donc pas plus ici, mais c’est une ennasure à ne pas mettre entre toutes les mains, car de part son effet, les risques de fractures du nez du cheval sont réels.

(photo par Olgalady)

En conclusion, vouloir monter sans mors, c’est très intéressant et ouvre une nouvelle dimension dans le partenariat avec son cheval. Cependant, il convient de choisir l’ennasure qui nous correspond le mieux à nous et notre cheval, en fonction de notre capacité à utiliser les aides à bon escient, à utiliser le poids de son corps pour guider le cheval (l’assiette, j’en parlerais dans un prochain article consacré à l’équitation centrée) et également du niveau de dressage de notre cheval. En cas de doute ou de questions, faites appel à un professionnel spécialisé dans l’ennasure de votre choix.

Vouloir monter sans mors pour suivre le phénomène de mode n’est pas une bonne idée à mon avis. Le cheval, quel que soit son âge et son niveau de dressage, doit être travaillé de manière à ce qu’il puisse être équilibré. Un jeune cheval, qui accueille un humain sur son dos depuis peu de temps, doit pouvoir se muscler correctement pour bien préparer la suite de sa vie. Le renforcement de la musculature doit faire partie de l’entraînement du cheval au dressage avancé afin de préserver son capital santé et d’être mieux avec son cavalier sur son dos. Et c’est aussi vrai pour un vieux cheval, qui ne travaille plus qu’occasionnellement, mais pour lequel un travail de renforcement de sa musculature dorsale est indispensable pour l’accompagner au mieux dans le processus de vieillissement. Vouloir être « gentil » et ne pas mettre de mors, mais tirer constamment sur les rênes, avoir un cheval  qui creuse son dos, mais qui n’a aucun engagement de la part de ses postérieurs, c’est plus irrespectueux et mauvais pour sa santé que de lui mettre un mors, utiliser des effets de mains doux et d’avoir son cheval équilibré.

Filets à foin – slowfeeding

Après plusieurs mois de recherche et de tests au sein de notre écurie, nous avons décidé de choisir les filets NAGBAG pour nos chevaux et nos pensionnaires. Nous proposons aujourd’hui ces filets à la vente. L’Eden du Cheval –la boutique du Ottus Ranch– est l’unique distributeur en France de ces filets de haute qualité.

Les filets NAG BAG sont les plus doux pour la bouche et les plus résistants de leur catégorie.

Ils sont tissés avec une fibre nylon/polyester très résistante qui ne se sépare pas, et il n’y a pas de noeuds entre les mailles. Ils existent en filets individuels, mais également pour bottes ronds ou rectangulaires. Trois tailles de mailles sont disponibles : petites mailles (environ 2,5cm), moyennes mailles (environ 4cm), grandes mailles (environ 5,5cm).

Nourrir avec des filets à foin ? Que des avantages !

Pour votre compagnon équin !

  • Ralentit la digestion et la consommation de foin
  • Réduction de l’inhalation d’allergènes
  • Imite l’action de brouter
  • Aide à stabiliser le taux d’insuline (régulateur du sucre)
  • Aide à la prévention d’ulcères et de coliques
  • Peut aider les chevaux qui tic à l’appui
  • Aide à la régulation du poids
  • Toujours du foin disponible

Mais aussi pour vous !

  • Pas de gaspillage de foin au sol
  • Des chevaux toujours prêts au travail ou pour une balade
  • Gain de temps pour le nourrissage
  • Pas besoin de courir à la maison pour nourrir les chevaux

Pourquoi nourrir avec un filet un foin ?

Ce mode de distribution du foin, appelé en anglais Slow Feeding (littéralement nourrir lentement) repose sur le principe de mettre un filet par dessus le foin. Les chevaux vont tirer des petites touffes de foin depuis le filet ce qui va imiter l’action de brouter.

So what is it? What’s all the talk about, and why do we want to use this method for feeding our animals?

Well, it’s quite simple really: it’s either a net or a grid system that you would place over your hay.

The net or grid has holes that are fairly small, usually just less than two inches square. There are many different styles and sizes to fit all kinds of feeding needs, whether you feed big rounds or flakes of hay.

Slow-feeding is definitely the best solution for feeding grazing animals, kept in captivity. How does it work? Well it allows only small amounts of hay to be pulled out while feeding, slowing down the consumption and allowing the digestion to work the way it is designed to. Slow-feeding best imitates the grazing action for the digestive system.

The benefits are huge, including health and well being of all grazing animals, but especially the feeding of the equine. Slow-feeders offer so many advantages.

Horses are grazing herbivores. They graze almost continually when left in pastured areas. The equine has a very small stomach (only 8-15 litres capacity) that is ideally designed for small, regular meals, as food passes through the stomach very quickly.

Horses salivate only when they are chewing and eating, and under normal circumstances they produce up to 30 litres a day of saliva. Saliva is an acid buffer. Saliva neutralizes the hydrochloric acid in the stomach, as well as lubricates the food. The horse constantly produces stomach acid – even if the horse is not eating! This is the biggest concern, and where we start to see the health problems start arise; the acid now has no buffer. And if he is not chewing to produce any saliva you will start to see the results of that acid build up in an empty stomach presenting its self as ulcers, cribbing, colic symptoms, and other behavioral problems.

Comment sont fabriqués les filets ?

The NAG Bag slow feeders are made with a blend of knitted nylon/poly for extra strength. Our nets are constructed especially for the purpose of feeding animals. The NAG Bag is very strong but gentle on your horse’s muzzle, no knots to rub or cause abrasions.

NAG Bags are knitted and dyed with a green dye which is one of the safest – nets that are dyed red can leach and nets that are white claiming to be natural is incorrect, as they would not be this white because natural netting will be a light cream in color. NAG Bags are then washed in an extremely hot water bath and then put through a hot dryer which sets the dye and seals them.

The NAG Bag is UV protected, 100% Canadian manufactured product to our Strict Canadian standards, for health and welfare.

We have a simple design for all the closures on the bags. NAG Bags only uses top quality, triple braided rope for our closures, no looped strings to become entangled with! And all our slow feeders come with matching repair twine – as a good sweater would with a spare button. Our knotless netting will not run and is easy to repair if needed.

Safety is our main concern with our nets and all of our equipment – as we are avid equestrians, educated in agriculture production, natural equine health care industry. And we care about your horses and animals, as we do ours.

Des vacances sportives au Ottus Ranch

A moins de 20 minutes, le lac St-Pardoux propose de nombreuses activités nautiques (canoë, pédalos, planche à voile, ski nautique, école de voile, baignade). Plusieurs circuits de randonnées à pied ou en VTT rayonnent depuis le lac. Ne manquez surtout pas le parc acrobatique en forêt, du plaisir pour toute la famille !

A moins de 30 minutes se trouve Limoges avec de nombreuses activités récréatives. Ne manquez par le parc d’attraction de Bellevue, le parc zoologique du Reynou ou encore le centre aquatique Aquapolis.

La base VTT des Monts d’Ambazac (405km de sentiers balisés sur 19 circuits) avec ses se trouve à environ 20 minutes du ranch. Les Monts de Blond, juste à l’est du domaine, dispose également de plusieurs circuits entre 20 et 40 kilomètres.

Des vacances culturelles et ressourçantes au Ottus Ranch

Le centre-ville de Limoges, à moins de 30 minutes, saura vous charmer avec ses monuments et ses musées, dont celui de la porcelaine. Profitez de découvrir la gastronomie locale et visitez l’aquarium installé dans un ancien réservoir d’eau souterrain.

Ne manquez pas de visiter les villages de la région, notamment Mortemart, classé parmi les « Plus beaux villages de France » ou encore Oradour-sur-Glane, village martyre – centre du souvenir.

La région offre de nombreuses possibilités de pêche, en lac ou en rivière.

Vous pouvez aussi simplement profiter du calme et de la sérénité offerte par le domaine pour vous ressourcer au cœur de la nature.

Nos équi-pistes

Notre hébergement sur piste

Notre hébergement sur piste est inspiré du concept Equi-Pistes, qui s’inspire notamment du concept du Paddock Paradise. Ce système pour but d’offrir à des chevaux domestiques une vie qui ressemble le plus à leur environnement naturel, cela permet de les aider à être en bonne santé physique et psychique.

Que trouve t’on sur les pistes du Ottus Ranch ?

Des pistes

Les différents points d’intérêts pour les chevaux sont séparés les uns des autres par des pistes. Elles peuvent être de différentes largeurs selon les endroits et prendre différentes formes afin de garantir une sécurité optimale des chevaux. Les angles des pistes sont arrondis afin de permettre aux chevaux de tourner à vive allure sans aucun danger.

Une vie en troupeau

Le troupeau est un élément primordiale pour les chevaux, nous aménageons les paddocks paradise de manière à pouvoir accueillir en toute sécurité un troupeau d’une certaine taille. Idéalement, nous regroupons les chevaux en fonction de leurs besoins alimentaires et par affinités.

Nous avons créé un paddock d’intégration au sein des paddocks paradise afin qu’un nouvel arrivant puisse avoir le temps de découvrir son nouvel environnement tranquillement et faire connaissance avec son nouveau troupeau. Après un moment d’observation, le nouveau cheval peut rejoindre le troupeau dans le calme, l’intégration se déroule ainsi loin du stress qui peut être provoqué par l’arrivée dans un nouvel endroit et/ou le voyage.

Une alimentation diversifiée et adaptable aux besoin de chaque cheval

Ce point est très important, car l’alimentation est la principale occupation d’un cheval (jusqu’à 16h/jour).

Nous choisissons un foin dont la composition est spécialement adaptée aux chevaux. Nous sélectionnons des foins secs, exempt de moisissures et non poussiéreux. Nous veillons également à sa conservation (en hangar, à l’abri des intempéries et sur un sol en béton) afin d’éviter tout développement de moisissures.

Le foin est distribué dans des filets à foin petites mailles sans nœuds, étudiés pour être doux pour le nez et les gencives des chevaux. Les filets sont pesés individuellement afin de s’assurer de satisfaire les besoins nutritionnels de chaque cheval et que du foin soit disponible à volonté tous les jours.

Afin de reproduire un comportement naturel d’alimentation chez les chevaux, les filets sont accrochés à différentes hauteurs sur des poteaux en bois répartis tout au long du circuit. Nous avons installés plus de poteaux que de filets à foin afin de pouvoir varier la disposition des filets sur le circuit, ceci encourage les chevaux à marcher de poteau en poteau à la recherche de la nourriture.

La durée d’accès aux pâtures est définie en fonction de la saison et de la météo : c’est la richesse de l’herbe en sucres et les besoins de chaque cheval qui sont déterminants. Les pâtures disposent d’une grande variété d’espèces de plantes que les chevaux sélectionnent en fonction de leur besoin.

Du sel et des minéraux sont mis à disposition des chevaux afin que les chevaux puissent avoir accès en permanence à ce dont ils ont besoin. Le sel et les minéraux sont disposés dans des cailloux afin de reproduire le comportement naturel du cheval qui est celui de lécher des pierres pour obtenir des minéraux. Ce mode de distribution est également plus ludique pour les chevaux qui prennent souvent plaisir à gratter les cailloux pour découvrir où se cache le sel et les minéraux. Ces derniers sont régulièrement changés de place et les cailloux déplacés afin de garder une part de curiosité chez les chevaux.

Nous plantons également des espèces d’arbres bénéfiques pour les chevaux au bord du circuit. Afin de favoriser la capacité naturelle des chevaux d’automédication, nous leur proposerons un panel de plantes médicinales qu’ils pourront choisir dans des « herbiers » situés à plusieurs endroits circuit. Des morceaux de fruits ou autre pourront également être cachés le long des pistes.

Différentes textures sur le sol

Le sol est composé de différents revêtements afin de favoriser l’entretien naturel du sabot et pour améliorer la solidité de la corne. Ainsi, les chevaux deviennent de moins en moins sensibles lorsqu’ils sont en extérieur et qu’il y a zones « difficiles » à traverser.

En plus du granit naturel qui apparaît à de nombreux endroits sur les pistes, nous rajoutons des graviers et cailloux de différentes tailles. Nous choisissons des tailles de gravier qui ne gênent pas les chevaux dont les pieds ne seraient pas encore habitués, mais suffisamment grands pour ne pas se bloquer dans les pieds des chevaux.
Les zones empierrées des pistes sont étudiées pour laisser le choix aux chevaux de passer sur les cailloux ou de les éviter, par exemple lorsque les pieds sont sensibles après un déferrage.

En saison humide, les cailloux permettent d’offrir des zones sèches pour les sabots, alors qu’en période de sécheresse les abords du point d’eau leur permettent d’humidifier les sabots.

Zone sableuse

Afin d’offrir la possibilité aux chevaux de se rouler, voire de dormir sur un autre texture que de la terre, nous avons construit des zones recouvertes sable de rivière. En été, ils apprécient y faire une sieste. Ils s’y roulent également avec plaisir juste après une pluie afin de s’offrir une protection optimale contre les insectes.

Abri

Les chevaux doivent avoir la possibilité de se mettre à l’abri du vent, de la pluie, ou du soleil. Pour le bien-être des chevaux et la santé de leurs pieds, le sol des abris ne doit pas être boueux. En cas de besoin, nous les stabilisons avec du gravier et des tapis en caoutchouc.
Nous avons choisi de ne pas recouvrir les abris de litières (paille ou autre), car nous pouvons observer qu’une litière ne ferait que de favoriser leur envie de faire leurs besoins dessus, ce qui au final serait loin du but recherché.

Eau

Les pistes disposent d’un point d’eau, naturel ou non. Les endroits où se trouvent de l’eau sont des endroits où les chevaux apprécient de s’y humidifier les sabots, ceci permet d’offrir une humidité naturelle en cas de sécheresse des terrains.

Collines

Pour être en confiance vis-à-vis de son environnement, le cheval doit avoir la possibilité de se mettre en hauteur s’il souhaite observer ce qu’il se passe dans les environs.
Si le terrain du paddock paradise n’offre pas, de lui–même, un relief suffisant, nous créons une petite colline afin d’offrir au cheval un gage supplémentaire de sécurité.

Clôtures

Les clôtures doivent être sécuritaires et infranchissables par les chevaux. Nous avons choisi des rubans électrifiés spécialement conçu pour les chevaux, aucun fil barbelé ou grillage ne se trouve le long du Paddock Paradise. Les clôtures sont régulièrement testées afin de détecter une éventuelle perte de courant et contrôler leur état de fonctionnement. Dans certaines zones, des arbustes offrent des clôtures naturelles.

Philosophie de travail du cheval

Notre philosophie de travail s’étend au-delà des conceptions humaines concernant le style d’équitation et encore plus au delà du matériel utilisé. Autrement dit, peu importe la race du cheval, le type de selle utilisée, le type de bride, de mors ou son absence. L’élément le plus important est la relation qui est créée entre l’humain et l’animal.
Le cheval doit associer l’humain à son « leader ». Dans un troupeau de chevaux dans la nature, le cheval leader, ou le cheval qui conduit pourrait-on également traduire, est le cheval qui décide où va le troupeau, quand il se déplace et dans quel but. Ce rôle de leader est différent du rôle de dominant, ce n’est pas le même cheval qui va avoir les deux rôles. Dans notre relation avec un cheval, l’idée n’est donc pas d’être dans un rapport de « dominant-dominé », mais de « guide-suivant ». On entend également fréquemment parler de « leadership » en opposition à une relation de dominance.
Au cours des époques et au cours de la domestication du cheval, ce dernier a souvent été dominé par l’humain. Cette relation de dominance a pu parfois fonctionner avec certaines méthodes d’entraînement, mais avec comme corolaire l’apparition de peurs et d’autres comportements qui sont à l’opposé de ce qui est recherché dans notre philosophie.

La première étape pour être identifié par le cheval comme étant celui à suivre (leader), c’est la construction d’une relation de confiance avec lui. De quelle manière créer une relation de confiance avec un cheval ? Avant tout en ayant confiance dans les actions que nous entreprenons pour nous-mêmes, pour notre cheval et avec lui. Aller au-delà des erreurs que nous faisons tous pour les transformer en variations souhaitées. Par exemple, lorsque nous faisons une erreur avec notre cheval, utiliser cette erreur pour rebondir sur un nouvel exercice. En ne doutant plus de nos capacités, en ne restant pas bloqué sur nos erreurs, nous pouvons évoluer et apprendre à nous faire confiance. Il ne s’agit pas d’avoir toujours raison, mais de savoir rebondir et improviser. Les chevaux sont au-delà des conceptions très humaines du juste et du faux, pourquoi donc s’y attarder au lieu de créer son propre chemin ? Chemin que suivra notre cheval sans hésitation. Le travail n’est pas d’apprendre au cheval à avoir confiance en nous, mais d’avoir confiance en nous-mêmes. La confiance du cheval viendra alors toute seule et naturellement.
La deuxième étape est la cohérence. Dans notre vie quotidienne, avec les divers stress auxquels nous sommes en permanence soumis, nous avons tendance à nous éparpiller. Nous effectuons certaines actions sans nous souvenir de la raison pour laquelle nous les avions commencées, nous enchaînons et mélangeons plusieurs actions en mêmes temps, en ne les achevant pas toutes. En résumé, nous ne sommes peu cohérents. C’est cependant en regagnant en cohérence que nous deviendrons celui que notre cheval voudra suivre. Ce principe de cohérence sera à garder tout le temps à l’esprit et permettra donc d’adapter les demandes que nous avons pour un cheval à son âge, à sa compréhension, à son entraînement, etc. En étant cohérent dans nos actions, notre cheval ne se perdra pas et nous continuerons dans le développement de la relation que nous recherchons avec lui.


De nombreux autres éléments seront importants dans la création de la relation avec le cheval, mais ils découlent principalement des principes de la confiance et de la cohérence. Ainsi par exemple, le cheval aura besoin de se sentir en sécurité pour avoir envie de suivre l’humain, mais une personne qui a confiance dans les actions qu’elle entreprend créera un sentiment de sécurité autour d’elle. De même, qu’une personne qui se fait confiance et qui est cohérente dans ses actions paraîtra plus déterminée qu’une autre, la détermination étant un autre principe clé pour être identifié comme celui à suivre.
Une fois la relation créée, il sera important d’y travailler constamment et ce à tout moment et durant toute la vie du cheval, il ne s’agit pas d’y travailler une fois et de considérer cela comme acquis.
D’autres éléments sur lesquels nous travaillons pour nous mêmes et pour les chevaux sont les notions d’équilibre, que ce soit au niveau psychique et physique, tant pour le cheval que pour le cavalier. Pour l’humain il peut s’agir de pratiquer le yoga ou d’autres disciplines et méditations qui permettent un ancrage et un recentrage de soi-même. Pour le cheval, il convient de lui offrir une vie qui correspond le mieux à ses besoins fondamentaux, ces derniers se retrouvent au sein de nos Equi-Pistes. En ce qui concerne le physique, l’entraînement du cheval est indissociable de celui de son cavalier. En effet, comment serait-il possible de demander à son cheval d’être équilibré si le cavalier ne l’est pas ? Un cheval qui trébuche n’est souvent que la conséquence d’un cheval pas équilibré et d’un cavalier dont l’assiette dérange son cheval.

En lisant ces quelques lignes vous avez l’impression que cela est très compliqué et que vous n’y arriverez jamais avec votre cheval ? Rassurez-vous cela est normal, il s’agit surtout d’éléments dont il faut avoir conscience lorsque nous travaillons avec un cheval. Ce sont des principes à garder à l’esprit pour savoir vers quoi tendre, vers quelle direction, quel est le but dans notre travail, pour nous-mêmes et pour les chevaux. C’est de cette manière que nous allons faire un premier pas en direction d’un gain de confiance et de cohérence.
Ensuite, vient le style d’équitation… selon l’inspiration et les préférences individuelles. Nous avons choisi de nous tourner vers le dressage western par intérêt particulièrement pour des disciplines comme le horsemanship, le trail ou le pleasure, mais également vers l’équitation d’extérieur. Le travail au sol, comme base de toute équitation et formation du cheval et du cavalier et cela à tout moment. La monte sans mors, oui bien sûr, mais comme finalité, lorsque le cheval et le cavalier peuvent travailler en équilibre. C’est également le point de départ de formation du cheval grâce au sidepull.

Vous pouvez consulter cet autre article sur le sidepull pour en savoir plus : http://www.ottusranch.com/2018/02/le-sidepull-le-licol-et-la-monte-sans-mors/

Acupressure ?

Qu’est-ce que l’acupressure ?

L’acupressure (ou acupression) est une technique qui consiste à appliquer sur la surface de la peau une pression avec les doigts pour stimuler une réponse de soin. Elle permet d’améliorer la santé et le comportement d’un animal.

L’acupressure est basée sur les théories de la médecine chinoise et sur celle des 5 éléments. Cette théorie soutient que chaque animal est un mélange de 5 éléments (bois, feu, terre, métal et eau). Un de ces éléments est dominant et définit la personnalité, le fonctionnement et la prédisposition à certains soucis de santé d’un animal.

Les autres éléments étant plus faibles et l’élément dominant pouvant avoir tendance à s’épuiser, il est alors possible d’offrir un soutien à l’animal par de l’acupressure. Des situations particulières (maladie, accident, déménagement, concours, vieillesse, mauvaise alimentation, etc) peuvent avoir une influence sur l’équilibre des 5 éléments et ainsi perturber la circulation de l’énergie dans le corps.

En appuyant sur des points précis à la surface de la peau, il est possible d’entrer en contact avec les méridiens (voies de circulation de l’énergie dans le corps). Une séance d’acupressure permet donc d’améliorer cette circulation d’énergie et d’éviter des blocages qui pourraient faire apparaitre des maladies ou d’autres difficultés.

Le travail en acupressure comprend également une part de travail énergétique et de massage shiatsu.

Les bienfaits d’une séance

  • Améliorer le bien-être, la vitalité
  • Renforcer l’immunité
  • Soutenir le système digestif (coliques, diarrhées, constipation, etc)
  • Améliorer la mobilité, la souplesse
  • Aider en cas de problèmes de peau, d’allergies, de verrues et sarcoïdes
  • Aider en cas de difficultés respiratoires (toux, allergies, asthme, etc.)
  • Aider en cas de chaleurs douloureuses, ou irrégulières
  • Aider le vieillissement, mais également la croissance
  • Offrir un soutient en cas de comportements difficiles (forte dominance, excitation, difficultés de concentration, etc.)
  • Soulager en cas de boiterie, de douleurs au dos, etc.
  • Et encore de nombreux autres…

Quand effectuer une séance ?

Une séance d’acupressure est particulièrement recommandée dans les situations qui pourraient poser un souci à votre animal ou dans votre relation avec lui. L’acupressure peut également apporter un soutien dans la préparation d’événements particulier (concours, déménagement, etc).

Une séance d’acupressure peut également être l’occasion d’offrir un moment de bien-être à votre compagnon, il n’est pas nécessaire d’attendre un problème de santé ou un événement particulier.

ATTENTION , une séance d’acupressure ne remplace pas un vétérinaire. En cas d’urgence vitale pour l’animal il faut appeler le vétérinaire en premier. Par contre un travail en partenariat avec le vétérinaire et les autres professionnels de la santé (ostéopathe, etc) est tout à fait souhaitable.